Retour

L'oreiller en plume, entre tradition et confort

11 septembre 2023

5 min de lecture

Nos grands-parents l'adoraient déjà pour son confort naturel de qualité, l'oreiller en plume n'a pas encore dit son dernier mot sur le marché de la literie. En outre, le contexte mondial de réchauffement climatique a suscité les passions en matière d'achat responsable, de préservation de l'environnement et de protection de sa santé.

Toute personne qui s'interroge quant à savoir quel oreiller choisir pour s'assurer d'un sommeil durable et réparateur s'intéresse donc à l'oreiller en plume. Loué pour ses vertus antiallergènes et son confort réconfortant, l'oreiller en plume est devenu un grand classique.

Sa composition naturelle (plumes ou duvet de canard ou d'oie) est une alternative aux produits potentiellement nocifs, comme la mousse polyéther ou polyuréthane.

Mais quand faut-il choisir un oreiller en plume ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Et comment bien le choisir ? Nous répondons à toutes vos questions.

Quand faut-il choisir un oreiller en plume ?-1

Les bonnes raisons de choisir un oreiller en plume

Synonyme de gonflant et de confort moelleux, l'oreiller en plume séduit de nombreuses personnes. Mais avant de faire un point sur les recommandations à respecter pour choisir un coussin adapté à la morphologie du dormeur (dimension, forme, épaisseur, etc.) et de l'usage de l'oreiller en plume, voici ses principaux avantages :

  • un confort exceptionnel s'il est bien choisi;
  • une longue durée de vie, de 5 à 10 ans s'il est bien entretenu;
  • une régulation de l'humidité intéressante grâce à sa capacité de respiration naturelle;
  • un garnissage 100 % naturel et biodégradable;
  • une vertu antiallergène et antiacarienne naturelle;
  • une isolation thermique de qualité, il protège du froid l'hiver et reste frais l'été.

En soi, un oreiller parfait, pensez-vous. Comme toute solution, l'oreiller en plume possède également ses inconvénients, mais nous y reviendrons dans ce qui suit.

Une raison supplémentaire de choisir un oreiller en plume est qu'il existe plusieurs niveaux de densité, et donc de fermeté.

  1. Les dormeurs en quête d'un confort ferme, garant d'un bon maintien de la nuque et d'un alignement correct du corps, privilégieront un oreiller "100 % plume" afin de réduire le risque de douleurs cervicales.
  2. Les personnes qui préfèrent un confort un peu plus moelleux et plus ergonomique opteront pour un coussin composé de 70 % de plumes et 30 % de duvet. En effet, plus l'oreiller contient de duvet et plus il est souple.
  3. Les personnes dormant principalement sur le côté choisiront un coussin ferme et plus épais afin de combler un espace vide plus important entre la nuque et les épaules.
  4. Les dormeurs préférant la position sur le dos s'orienteront vers un modèle médium, à savoir mi-ferme et pas trop épais.

En revanche, l'oreiller en plume est déconseillé pour ceux qui dorment sur le ventre, à l'instar de tous les oreillers (et de la position en elle-même jugée trop contraignante pour le corps). Seul l'oreiller plat est recommandé, car il ne surélève pas la nuque.

Enfin, il existe également des oreillers mixtes ou hybrides qui s'adaptent au plus grand nombre grâce à leur garnissage composé de plumes et de flocons microfibres.

Les inconvénients de l'oreiller en plume

Qui n'a jamais entendu parler des risques d'allergies aux plumes contenues dans les oreillers ? En réalité, il s'agit d'une idée reçue, car peu de personnes sont allergiques aux plumes. En effet, ce trouble respiratoire attribué à la présence de plumes concerne davantage les acariens et la poussière contenus dans ce type d'oreiller.

Nous avons effectivement précisé plus haut que l'oreiller en plume a une vertu naturelle antiacarienne, ce qui est vrai, mais à la condition qu'il soit parfaitement entretenu et bien choisi. Car comme tout produit naturel non entretenu, il est source de développement de parasites, tels que les acariens.

Pour limiter ce risque, nous vous recommandons de choisir un oreiller en plume de qualité fabriqué dans les règles de l'art, à savoir : un lavage intensif du garnissage et une stérilisation à très haute température. A noter également qu'il doit avoir subi un traitement antiacarien. Mais plutôt que d'opter pour un traitement chimique (laissant des résidus potentiellement nocifs dans l'oreiller), choisissez un coussin traité naturellement (à l'huile de margousier par exemple).

Rappelons que l'oreiller en plume est principalement choisi pour sa composition naturelle, synonyme de respect de l'environnement. Le recours à des traitements nocifs serait alors contre-productif. Et quitte à aborder la fabrication d'un oreiller en plume, profitons-en pour révéler une pratique courante et controversée : le mode prélèvement des plumes ou du duvet chez le canard ou l'oie.

Malheureusement, il existe des fabricants peu scrupuleux des conditions de vie des animaux. Certains n'hésitent pas à effectuer le plumage à vif, c'est-à -dire à arracher les plumes des animaux alors qu'ils sont encore vivants. Précisions que les plumes, contrairement aux poils ou à la laine qu'il est possible de tondre, sont incarnées dans la chair de l'animal et sont innervées (présence de nerfs). Le plumage à vif est donc une technique très douloureuse. L'association de défense des animaux PETA a d'ailleurs mené plusieurs enquêtes sur la provenance des plumes afin de sensibiliser les consommateurs sur l'origine des plumes et duvets contenus dans les produits textiles (oreiller, couette, "doudoune", etc.).

Loin de nous l'idée de faire un procès à qui que soit, nous voulions simplement attirer votre attention quant à la nécessité de bien vérifier la provenance des plumes lors de votre choix.

L'entretien d'un oreiller en plume

Nous avons abordé ce point à plusieurs reprises, la qualité d'un oreiller en plume dépend en grande partie du choix de garnissage, mais également de son entretien, permettant entre autres de :

  • réduire les risques allergènes aux acariens et à la poussière;
  • contribuer à une plus longue durée de vie à l'oreiller;
  • d'assurer un confort durable en évitant le tassement des plumes;
  • d'améliorer la respiration du garnissage.

Tout d'abord, un oreiller en plume se secoue une à deux fois par jour (matin et soir). Cela permet d'évacuer la poussière accumulée d'une part, mais également pour casser les agglomérats de plumes et les répartir uniformément dans l'oreiller.

Comme les plumes ont le pouvoir d'absorber l'humidité (air ambiant, transpiration, etc.), il est recommandé de ventiler son oreiller au moins une à deux fois par semaine en le laissant à l'air libre. Ce conseil est valable pour la literie en général. Il est conseillé de ne pas faire son lit dès le réveil, mais d'attendre une dizaine de minutes afin de laisser la literie respirer et évacuer l'humidité produite la nuit.

Enfin, il est préconisé de le laver en machine (quel que soit le garnissage) au minimum deux fois par an. Cependant, la présence de plumes rend le séchage de l'oreiller très long. C'est pourquoi nous vous conseillons de faire autant de cycles d'essorage que nécessaire afin d'évacuer un maximum d'humidité.

A la question initiale "faut-il choisir un oreiller en plume ?", nous pouvons constater qu'il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, seul un mauvais choix est possible.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Oreiller en plumes et duvet

L’oreiller Kipli, fabriqué en France, possède une enveloppe en coton biologique et un garnissage en plumes et duvet recyclés. Sa composition 100% naturelle est la promesse de nuits saines et confortables.

Découvrir

Newsletter

Ce n’est pas parce que nous sommes responsables que nous sommes barbants ! Pour ne rien manquer de nos offres exclusives, nos inspirations et nos bonnes nouvelles, c’est ici !

Respirez vous êtes chez-vous

Des produits sains, durables et (très) confortables

Suivez-nous