le blog de Kipli

Kipli a fait son Bilan Carbone !

Lumière sur nos émissions de gaz à effet de serre.

Partager :

    A PROPOS DE KIPLI

    Kipli s'est donné une mission : ramener les produits durables et sains à l'intérieur de nos chambres !

    ABONNEZ-VOUS

    Le réchauffement climatique n’est plus un fait sur lequel on peut avoir des doutes, il est véritablement à l’œuvre. En cause : de nombreux gaz à effets de serre, qui ont un impact direct sur la hausse des températures. Conscients que les activités humaines sont responsables de nombreuses émissions de gaz à effet de serre, nous avons souhaité prendre les choses en main chez Kipli. Regarder de plus près ce que nous pouvions améliorer. Aller plus loin dans notre démarche responsable. Pour cela nous avons réalisé notre Bilan Carbone en essayant d’être les plus précis possible. Oui, on a plutôt l’habitude de faire les choses dans la dentelle. 

    1. La surface de la Terre se réchauffe...

    Quand on parle de réchauffement climatique, de quel phénomène parle-t-on exactement ? 

    Explications. 

    Il faut savoir que le soleil est la principale source de chaleur du système terrestre.

    Quant aux gaz à effet de serre (GES) présents dans l’atmosphère, ils jouent un rôle primordial dans la régulation du climat. Sans gaz à effet de serre, la température moyenne sur Terre serait de -18°C au lieu de +15°C actuellement et la vie ne serait tout simplement pas apparue sur Terre.

    Depuis le XIXe siècle et la révolution industrielle, les activités anthropiques ont considérablement augmenté la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère. 

    Des gaz qui ont une durée de vie relativement longue dans l’atmosphère (plus de 100 ans pour le CO2). L’équilibre du système terrestre en est perturbé et la surface terrestre… se réchauffe. 

    Ce phénomène n’est pas anodin car chaque année, nous battons des records de chaleur.

    Partant de ce constat, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) nous alerte : pour espérer conserver un système Terre favorable à la vie, il faut contenir l’augmentation de la température moyenne terrestre en dessous de +2°C par rapport au niveau préindustriel d’ici à 2050, puis tendre vers la neutralité carbone à la fin du siècle. 

    Les États signataires de l’Accords de Paris, dont la France, s’y sont engagés.

    Les effets du changement climatique se font déjà ressentir (canicules, élévation du niveau de la mer, sécheresses, inondations plus fréquentes, cyclones plus intenses, incendies plus dévastateurs et plus fréquents…).

    Il convient donc de se mobiliser et d’agir car nous sommes tous concernés !

    • Quels sont les gaz à effet de serre ?

    Il y en a 5. Il s’agit principalement de la vapeur d’eau (H2O), du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4), du protoxyde d’azote (N2O), de l’ozone (O3).

     

     

    • Qu’est que le CO2 eq. ?

    Les différents gaz à effet de serre (GES) se distinguent entre autres par la quantité d’énergie qu’ils sont capables d’absorber et par leur « durée de vie » dans l’atmosphère. L’ « équivalent CO2 » (eq CO2 ou CO2 eq.q en anglais) est une unité créée par le GIEC pour comparer les impacts de ces différents GES en matière de réchauffement climatique et pouvoir cumuler leurs émissions. C’est en l’occurrence l’unité que nous avons utilisée dans notre Bilan Carbone. 

     (Source : connaissancedesenergies.com)

     

    2. Les émissions de gaz à effet dans le monde

    • Le top 5 des pays les plus émetteurs de gaz

    Aujourd’hui, la Chine est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre, devant les Etats-Unis et l’Inde. 

     

     

    A l’échelle mondiale, même s’il y a des différences en fonction des régions, certains secteurs émettent bien plus de CO2 que d’autres. C’est notamment le cas de la production d’électricité et des transports, ainsi que de l’industrie et la construction, ici en particulier pour la Chine.

     

    • Quelle est la situation en France ?

    La France s’était engagée, avec la première Stratégie Nationale Bas-Carbone adoptée en 2015, à diviser par 4 ses émissions GES à l’horizon 2050 par rapport à 1990.

    Depuis, le Plan Climat a fixé de nouveaux objectifs plus ambitieux pour le pays, dont l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050. Cet objectif est désormais inscrit dans la loi.

    Si vous vous demandez ce qu’est la neutralité carbone, elle est définie par la loi énergie-climat comme « un équilibre, sur le territoire national, entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre ». 

    En France, atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 implique une division par 6 des émissions de gaz à effet de serre sur son territoire par rapport à 1990 ! 

    Aujourd’hui, l’empreinte carbone des Français est environ de 11,2 tonnes équivalent CO2 (t CO2 éq) par habitant. 

    Elle comptabilise les gaz à effet de serre (GES) induits par la consommation des Français, en tenant compte des émissions associées à la production des biens et services importés. Si le niveau d’émission de GES de l’empreinte carbone par personne reste relativement stable depuis 1995, il demeure incompatible avec les objectifs de l’Accord de Paris (COP 21) et un réchauffement limité à + 2 °C en 2100.

     

    (Source : Ministère de la Transition écologique)

    3. Pourquoi a-t-on fait un Bilan Carbone ?

    Vous comprenez sûrement pourquoi il nous a tenu à cœur de réaliser ce Bilan Carbone. Armé de toutes ces informations et forts de nos valeurs, cela s’est imposé comme une évidence. Nous sommes en effet engagés pour l’environnement et nous tenons à faire preuve de transparence auprès de nos clients.  Aujourd’hui, seules les entreprises de plus de 500 salariés sont obligées de réaliser un bilan de gaz à effet de serre ou Bilan carbone. Nous nous situons bien en-dessous de l’effectif avec 20 collaborateurs (enthousiastes), mais nous avions envie d’aller plus loin dans notre démarche responsable et partager cela avec vous.  

    En résumé : 

    • Agir de façon responsable 
    • Évaluer notre impact 
    • Nous améliorer 

    4. Les clés pour comprendre un calcul de Bilan Carbone

    • Comment avons-nous calculé notre Bilan Carbone?

    Pour réaliser notre bilan carbone, nous avons fait appel à un cabinet d’audit spécialisé et certifié, Crowe Sustainable Metrics. Contrairement à certaines entreprises qui ne considèrent pas toujours la globalité de leur chaîne de production, le calcul de notre empreinte carbone a bien tenu compte de l’ensemble de notre chaîne de valeur ainsi que du fonctionnement notre entreprise.

     

    • Notre chaîne de valeur

    Notre empreinte carbone a été calculée en tenant compte de l’ensemble de notre chaîne de valeurs, depuis l’extraction des matières premières, à la fin de vie des produits.

    • Les postes d’émissions de CO2 dus à notre fonctionnement

     

    Il y en a 4 :

    • la consommation d’électricité
    • les déplacements domicile / travail
    • la fabrication des bien immobilisés
    • la fin de vie de déchets d’activité

    5. Résultats de notre Bilan Carbone

    • Résultats / Activités Kipli

     

    L’activité au global de Kipli, pour le scope présenté, a généré 1450 tonnes de CO2 eq. en 2020. 

    Cela correspond à 12 fois l’empreinte carbone moyenne d’un français. 

    Le fonctionnement de l’entreprise pèse moins de 3% de l’empreinte carbone de Kipli ce qui représente environ 36 tonnes de CO2 eq. (soit moins de deux tonnes par collaborateur).

    Ce que l’on peut en dire : 

    L’empreinte carbone due au fonctionnement de Kipli est très basse. 

    Cela est dû à notre politique interne qui favorise l’utilisation des transports communs et le vélo. L’intégralité de nos locaux est également alimentée en énergie “verte”. Par ailleurs, dans la mesure du possible, le matériel que nous utilisons provient du marché de l’occasion. Nos ordinateurs, par exemple, sont tous reconditionnés ! 

     

    La distribution des produits dans le cadre de son activité de ventes pèse 97% de l’empreinte carbone de Kipli ce qui représente environ 1410 tonnes de CO2 eq.

     

    • Résultats sur nos produits 


    – L’empreinte carbone du Matelas Kipli 

     

    Ci-dessous, le résultat par matelas :

    Kg CO2 eq. / unité
    Matelas 90×190 146
    Matelas 140×190 230
    Matelas 140×200 244
    Matelas 160×200 278
    Matelas 180×200 313

     

    Pour le matelas 140×190 (230 Kg CO2 eq.) :

    Un aller-retour Paris Munich en avion (source Ademe).

    Le processus d’extraction des matières représente 76% des émissions.

    L’acheminement des matériaux jusqu’à notre usine de production représente 6% des émissions.

    La production d’un matelas représente 12% de nos émissions.

    Sa distribution représente 2% des émissions.

    Son utilisation n’émet aucune émission.

    La fin de vie représente 4% des émissions.

    💡 Comment se situe-t-on sur le marché des matelas ? 

    L’impact carbone de la production de latex est relativement faible par rapport aux matériaux qui composent l’âme des matelas en mousse et à ressort standards.

     

    Malgré un poids de 47 Kg supérieur à la moyenne du marché (28 Kg pour un matelas mousse à ressort, 34 Kg pour un matelas en mousse), le processus de production du matelas Kipli en latex naturel est en moyenne :

    • 5% moins émissif par rapport au matelas à ressort
    • 22% moins émissif par rapport au matelas en mousse

    Soit une différence de 30 Kg CO2 eq. par matelas comparé au marché (chiffre Ademe).

     

    Rapporté au kg de produit, le processus de production du matelas Kipli en latex naturel est en moyenne :

    • 43% moins émissif par rapport au matelas à ressort
    • 44% moins émissif par rapport au matelas en mousse

     

    🎯  Principaux  axes d’amélioration du matelas Kipli

    L’extraction des matériaux représentant le principal poste d’émission, deux pistes sont à privilégier afin de réduire le coût CO2 eq. de notre matelas :

    • Utilisation de matériaux recyclés (notamment le latex)
    • Diminution du poids des matelas (ajout de ressort en métal recyclé)

     

    – L’empreinte carbone de l’oreiller Kipli 

    Kg CO2 eq. / unité
    Oreiller (Hors IT et ES) 13

     

    13 kg CO2 eq. représente environ 60 km en voiture thermique.

    Pour un oreiller (hors Italie et Espagne) :

    Le processus d’extraction des matières représente 77% des émissions.

    L’acheminement des matériaux jusqu’à notre usine de production représente 5% des émissions.

    La production d’un oreiller représente 13% des émissions.

    La distribution d’un oreiller représente 2% des émissions.

    L’utilisation de l’oreiller représente 1% des émissions.

    La fin de vie représente 3% des émissions.

     

    💡 Comment se situe-t-on sur le marché des oreillers ? 

    Nos oreillers ayant les mêmes caractéristiques que nos matelas, ils ont donc les mêmes avantages environnementaux mais aussi le même inconvénient : le poids. Comptez 2 Kg par oreiller contre moins de 1 Kg pour un oreiller en mousse à dimension équivalente.

     

    🎯 Principaux  axes d’amélioration de l’oreiller

    L’extraction des matériaux représentant le principal poste d’émission, deux voies sont à privilégier :

    • Utilisation de matériaux recyclés (notamment le latex)
    • Diminution du poids des oreillers

     

    – L’empreinte carbone de la couette Kipli 

    Kg CO2 eq. / unité
    Couette 140×200 24
    Couette 200×200 34
    Couette 240×220 44
    Couette 260×240 53

     

    Pour une Couette 240×220 (44 Kg CO2 eq.)

     

    Le processus d’extraction des matières représente 80% des émissions.

    L’acheminement des matériaux jusqu’à notre usine de production représente 2% des émissions.

    La production d’une couette représente 12% de nos émissions.

    Sa distribution représente 1% des émissions.

    Son utilisation représente 2% des émissions essentiellement dues à son entretien.

    La fin de vie représente 2% des émissions.

     

    🎯 Principaux axes d’amélioration de la couette Kipli

    L’extraction des matériaux représentant le principal poste d’émission, une des pistes à privilégier afin de réduire son coût CO2 eq. :

    • Utilisation de coton recyclé

     

    – L’empreinte carbone du Lit Picardie Kipli

     

    Le lit Picardie est composé de bois massif d’hêtre issu des forêts gérées durablement (PEFC), de visserie et d’un protecteur pour meubles à base d’huiles et cires naturelles. Sa composition en bois massif assure une solidité et une durabilité ce qui permet de garantir le lit à 5 ans au lieu des 2 ans habituellement d’usage.

    Le processus d’extraction des matières représente entre 65% des émissions.

    L’acheminement des matériaux jusqu’à notre usine de production représente 3% des émissions.

    La production d’un lit Normandie représente 4% des émissions.

    Sa distribution représente 9% des émissions.

    Son utilisation n’émet aucune émission.

    La fin de vie représente 19% des émissions.

     

    💡 Comment se situe-t-on sur le marché des sommiers ? 

    Grâce à une production européenne, la part du transport est relativement faible par rapport à un sommier standard vendu en France.

    L’impact carbone lié à la production des matières premières est sensible au choix des facteurs d’émissions (FE) relatifs à la production de bois et au poids des visseries.

     

    🎯 Principaux  axes d’amélioration du lit Picardie

    La proximité entre les forêts françaises d’où sont issus le bois et notre usine de production permet d’obtenir un coût d’acheminement des matières premières faible.

    L’extraction des matériaux et la fin de vie du produit représentent les deux principaux postes d’émission. La présence de visserie à là encore un fort impact sur le résultat.

    Plusieurs pistes sont à privilégier afin de réduire le coût CO2 eq. de notre lit Picardie :

    • Utilisation de bois recyclé
    • Utilisation de visserie en métal recyclé
    • Optimisation du nombre de vis par lit
    • Remplacement de la visserie par des pièces en bois (recyclé)
    • Mise en place d’un service de réparation / changement des pièces défectueuses 
    • Mise en place d’un marché d’occasion

    Nous espérons que cet article vous a plu,

    Naturellement,

    L’équipe Kipli

    Partager :

    Articles similaires

    • 5 news écolo du mois de Juillet

      Kipli vous rappelle les temps forts et actus insolites du mois passé.

    • 5 news écolo du mois de Juin

      Kipli vous rappelle les temps forts et actus insolites du mois passé.

    • 5 news écolo du mois de Mai

      Kipli vous rappelle les temps forts et actus insolites du mois passé.

    • La reco de Kipli : cap sur 3 marques françaises à suivre !

      Nos jolis partenaires du mois de mai

    • 5 news écolo du mois d’Avril

      Kipli vous rappelle les temps forts et actus insolites du mois passé.

    Espace pro
    [contact-form-7 404 "Non trouvé"]

    Une
    question ?

    Nous vous
    répondons
    avec le sourire

    Par
    téléphone

    +33 (0)1 76 42 11 72

    du lundi au vendredi de
    9:30 à 18:30

    Par
    chat

    Chatez en live

    avec notre super
    service client depuis
    nos bureaux parisiens

    Par
    email

    [email protected]

    Nous vous
    répondrons le jour
    même

    PARTAGER MON PANIER